In Memoriam

Voici une poésie à la symbolique forte, prenant pour objet le souvenir douloureux…

Il y a cette voix qui me murmure,
Que cette maladie fatale est sans cure.
Ô lointains souvenirs qui me hantent,
Ô bon bonheur comme je déchante !

Au creux de mes sombres pensées à panser,
Le passé n’a pas cessé de passer.
Les images d’antan chantant avec ardeur,
Ravivent mon agonie et nourrissent ma douleur.

La mine laminée l’âme lamentable,
Mon sourire arraché tel un déchet ineffable.
Les larmes de mon malheur,
Erodent la pierre de mon cœur.

Jadis il y avait là une prairie chatoyante,
Une douce mélodie enchanteresse et apaisante.
Désormais point de rose n’y fleurirait,
Seul le morose ose, A jamais…

L’hier entrave mes lendemains,
Ce maudit chaos semble sans fin.
Oubli m’aurais-tu donc oublié ?
De ce fardeau je souhaite être gracié.

Le temps nous dépasse, l’on trépasse.

Le temps passe, rien ne s’efface.
La mémoire trompe, rien ne s’estompe.
Les souvenirs jamais ne rompent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *