[Inspiration #3] Somewhere

Sans doute une des chansons les plus magnifiques et les plus édifiantes en termes d’émotions, que je connaisse. Une somptueuse voix d’ange imprègne cette musique envoûtante quoique dévastatrice. Ce n’est pas tellement la forme des paroles, mais leur fond, qui transforme cette musique en merveille.

Magnifique groupe de métal symphonique qui occupe et occupera toujours une place privilégié dans mes oreilles, car peu de groupes savent transmettre autant d’émotions que Within Temptation. En outre, cette chanson n’est pas leur plus émotionnante et beaucoup d’autres aurait pu être mentionnées.

En peu de mots, voilà une source d’inspiration diluvienne dont voici les paroles :

 

Lost in the darkness, hoping for a sign
Instead there is only silence
Can’t you hear my screams?
Never stop hoping
Need to know where you are
But one thing is for sure
You’re always in my heart
I’ll find you somewhere
I’ll keep on trying until my dying day
I just need to know whatever has happened
The truth will free my soul
Lost in the darkness, try to find your way home
I want to embrace you and never let you go
Almost hope you’re in heaven
so no one can hurt your soul
Living in agony cause I just do not know
Where you are
I’ll find you somewhere
I’ll keep on trying until my dying day
I just need to know whatever has happened
The truth will free my soul
Wherever you are, I won’t stop searching
Whatever it takes, I need to know
I’ll find you somewhere
I’ll keep on trying until my dying day
I just need to know whatever has happened
The truth will free my soul

[Inspiration #2] Dust In The Wind

Tout simplement un des plus grands chef d’oeuvre de la musique made by Kansas, aussi mythique que fabuleux.

(Paroles en dessous)

I close my eyes, only for a moment
And the moment’s gone
All my dreams pass before my eyes, a curiosity
Dust in the wind
All they are is dust in the wind
Same old song, just a drop of water
In an endless sea
All we do crumbles to the ground
Though we refuse to see
Dust in the wind
All we are is dust in the wind
Oh, ho, ho
Now, don’t hang on, nothing lasts forever but the earth and sky
It slips away, and all your money won’t another minute buy
Dust in the wind
All we are is dust in the wind [x2]
Dust in the wind
Everything is dust in the wind [x2]
The wind

[Inspiration #1] Like a Rose on the Grave of Love

Une merveille aussi bien d’écriture que mélodique – excessivement poétique – qui nous vient du monde gothique .
N’en ayez pas peur pour autant…
Merci aux artistes fabuleux de Xandria et à la personne ayant uploadé la vidéo. Les paroles sont en dessous !

Come like the dusk
Like a rose on the grave of love
You are my lust
Like a rose on the grave of love

I curse the day I first saw you
Like a rose that is born to bloom
Don’t look at me the way you do
Like the roses, they fear the gloom

Your thorns, they kissed my blood
Your beauty heals, your beauty kills
And who would know better than I do?
Pretend you love me!

Come like the dusk
Like a rose on the grave of love
You are my lust
Like a rose on the grave of love

Indeed, reality seems far
When a rose is in love with you
Slaves of our hearts, that’s what we are
We loved and died where roses grew

They watched us silently
A rose is free, a rose is wild
And who would know better than I do?
Roses are not made for love

Come like the dusk
Like a rose on the grave of love
You are my lust
Like a rose on the grave of love.

Trouver l’inspiration

Trouver l’inspiration

Comment trouver l’inspiration?

Ce blog a suscité de nombreuses exclamations (et interrogations):

  • « mais Aurélien comment fais-tu pour écrire des poésies »,
  • « j’ai toujours été fasciné par ceux qui écrivent des poésies, moi ça ne me vient pas »,
  • « bon celle là tu ne pourras pas la publier, t’es un grand malade ».

Excitant?

Après vous avoir ouvert mon âme, je vous invite désormais à pénétrer mon cerveau. Jeunes explorateurs, attachez vos ceintures !

Répondre présent quand l’inspiration survient

Hélas, c’est souvent la nuit que l’inspiration vient. Ne me demandez-pas pourquoi au lieu de dormir mon cerveau s’invente un monde imaginaire que certains appellent rêves. Tristement, il faut sortir de sa nuit et noter, noter, noter. Mais ça, vous n’en doutiez pas, n’est-ce pas ?

Conclusion : non, la poésie n’attend pas.

La poésie « forcée » ou construite

Souvent j’aime me donner des défis d’écriture par exemple de n’utiliser que des mots comportant une syllabe donnée (à l’exemple d’une poésie nommée « Vertige » qui comprend un maximum de mots avec « tige » ou « vert »).  Oui, parfois j’ai des idées un peu folles, mais le simple plaisir de jouer avec les mots m’enchante.

Conclusion : l’art pour l’art, n’est pas forcément la meilleure porte d’entrée.

La poésie très forcée

Ah quand cette diablesse d’inspiration nous fait défaut ! Et parfois il ne manque que quelques vers pour conclure une poésie…

2 solutions :

  • Attendre que l’inspiration revienne ; oui, sans plaisanter.
  • Forcer ; qui donne souvent des mauvais résultats.

Peu concluant tout ça…

Trouver l’inspiration

Enfin un paragraphe utile dans cet article me direz-vous. Le meilleur moyen de trouver l’inspiration c’est de vivre des situations qui la stimulent. En absence de cela, il faut s’immerger dans des situations. Il faut leurrer son cerveau, ou bien avoir une empathie démesurée.

S’immerger dans une situation stimulant l’inspiration

Cela peut se faire par différents moyens. Utiliser l’art. Les films, la musique, ce que vous voulez. Ce qui marche pour moi c’est la musique, d’où le partage de chansons poétiques très inspirantes à mon sens.

Conclusion : Vivez, ressentez. L’émotion est à la base de l’inspiration.

 

A vos plumes !

Cœur de peur, froide heure

Cœur de peur, froide heure

Après le feu, la glace, pour ce qui a failli être un sonnet…

Il fait si froid dans mon cœur,

Tellement plus qu’à l’extérieur,

J’entends un grelot dans mes veines,

Son son fait écho à ma peine.

Comme mes mots s’estompent,

Mes maux me trompent,

Ce froid effroyable me broie,

Dans ses mâchoires j’aboie…

Le claquement de mes dents,

Résonnant dans le vent,

Et les éclats de mon cœur,

S’envolant dans le temps.

Il fait si froid dans mon cœur,
Tellement que j’en ai peur…

L’amour est un brasier

L’amour est un brasier

Pour troisième poésie, voilà un thème qui risque de devenir récurrent : L’Amour!

Jadis je t’ai aimé.
Tendrement, tu m’as ensorcelé.
Mais l’amour est un brasier…

Jadis je t’ai aimé.
De mille feux, cet amour a brillé.
Mais l’amour est un brasier…

Feu l’amour m’a embrassé.
Son ardeur côtoyée,
Mon âme a consumée.
L’amour est un brasier.

Il n’est plus cruel tourment,
Que cette ignorance des ans,
Que ce chant d’agonie persistant,
Que cette brûlure d’amour incandescent.

Que reste-t-il de moi ?
Sinon la véhémence de ma démence…
Que reste-t-il de moi ?
Sinon des braises qui pensent…

Maudites dans leur noirceur,
Elles sont la ruine de mon cœur.
Ruinées de ce brasier,
Elles sont mon sort de condamné.

L’amour est un brasier,
En ses flammes il m’a happé.
L’amour est un brasier,
Et la mort… un doux baiser.

Patience

Patience

« La patience n’est pas simplement la capacité d’attendre – c’est la manière de se comporter lorsque nous attendons ». Joyce Meyer

Ô temps, je te dédis ces journées inutiles,
Autant que je te dédis ces froides nuits futiles !
Je n’ai que faire de ces si faux moments,
Mon cœur est à la dérive dans ce tourment…


Ô temps, je suis las de cet ignoble supplice,
De Tantale, l’on me ravi mille délices !
Tant mon esprit épris est pris ailleurs d’ailleurs,
De ce que mon âme désire avec ardeur…


Ô combien tenté, j’erre et j’attends à terre,
Engourdi, le regard projeté dans les airs,
A l’orée de ces clairières ténébreuses,
Vers cette lointaine lisière lumineuse…


La hâte est un sentiment obsessif qui châtre,
Pour recoller mon cœur éparpillé en quatre :
Folie invasive, furie impulsive,
Persuasive volonté non élusive…


La potence pour abréger mes souffrances,
La potence pour clore cette maudite phase,
Le point pour conclure cette maudite phrase.
La patience pour endurer cette latence,
Par magie transformer cette stase en extase…

Farewell – by ESMA

Parce que la poésie ne réside pas que dans les mots,

Voilà un anime d’une beauté excessive pour ouvrir cette section vidéo…

Un grand merci à ses réalisateurs de l’ESMA (Ecole Supérieure des Métiers Artistiques) !

Résumé :  Après la perte de son bébé durant la grossesse, l’arrivée étrange d’un oiseau dessiné vient ouvrir l’esprit de la jeune artiste pour un nouveau départ!